MAURITANIE

SEJOUR

SUR LA VOIE DU SILENCE

Nous vous proposons un fabuleux circuit en Mauritanie ! Une véritable expédition saharienne qui vous permettra de découvrir en trois semaines tous les joyaux de ce pays : ses espaces infinis, ses oasis, ses réserves naturelles à couper le souffle, ses vieilles villes inscrites au patrimoine mondial de l’UNESCO, son mystérieux cratère de Guelb El-Richat, le Banc d’Arguin sur la côte Atlantique…

Vous vivrez une inoubliable randonnée chamelière de trois jours à travers le désert. La Mauritanie est l’un des endroits les moins fréquentés de la planète. Sa nature et ses sites restent bien plus préservés que dans d’autres endroits où le tourisme bat son plein ! Ce circuit est avant tout destiné aux aventuriers souhaitant visiter un pays fascinant !

PROGRAMME

Départ en direction de la capitale mauritanienne. Installation et nuit à Nouackchott dans un hôtel.

En début de matinée, nous prenons la route en direction du Nord. Si la marée nous le permet, nous longeons la côte atlantique en roulant sur la plage. Ici, le désert et la mer se mélange. Le Sahara finit sa course poussé par les Alizées dans cet océan aux courants froids. Nous abordons le Parc National du Banc D’Arguin, immense delta d’un fleuve maintenant asséché. Le parc national du banc d’Arguin (PNBA) englobe 12 000 km² de territoire marin et terrestre sur la moitié orientale du golfe d’Arguin, en Mauritanie. Il s’agit d’un parc marin et côtier, partagé entre une partie dans l’océan Atlantique et une autre dans le désert du Sahara, en plus des îles d’Arguin et de Tidra. Cette réserve naturelle fait l’objet d’un programme de protection pour l’importance de son écosystème et de son patrimoine immatériel.

Dîner et nuit en campement à Iwik. Selon les horaires de la marais, direction Arkeiss par la côte.

En longeant la côte, nous nous dirigeons vers le petit village Imragen de Ten Alloul. Au nord, se dressent deux caps, Râs Tagarit et Râs Tafarit. Ils encadrent la baie de Tanoudert et le village d’Arkeiss. Au petit matin, nous embarquons sur les lanches canariennes utilisées par les pécheurs Imragens pour se déplacer sans bruit dans les chenaux, entre les îles. L’exceptionnelle richesse du Banc d’Arguin est constituée par son avifaune très importante. Des myriades d’oiseaux s’envolent à notre approche formant dans le ciel des mouvements incroyablement beaux. Les mammifères marins sont eux-aussi présents. Il n’est pas rare de voir des dauphins et, avec beaucoup de chance, des orques épaulards. Dîner au camp.

Dans ces environnements infinis, nous reprenons la piste en direction du nord du Banc D’Arguin. La piste n’est pas aisée et elle demande aux véhicules et surtout aux chauffeurs beaucoup d’application pour ne pas s’embourber dans les sols très meubles des sebkhas. Parfois, lors des grandes marées, le sol est gorgé d’eau rendant la piste impossible. Nous atteignons la voie de chemin de fer qui relie la région minière de Zouerate à la capitale économique du pays. Nous évoluons maintenant non loin de la frontière entre le Sahara Occidentale et la Mauritanie. En fin de journée, nous atteignons la région de Ben Amira dominée par de fabuleux dômes granitiques. Le monolithe de Ben Amira est un des endroits les plus époustouflants de la Mauritanie. L’énorme masse de roche granitique s’élève à plus de 600m. Avec les dunes de sable qui l’entourent, il procure un excellent paysage saharien. C’est le plus grand monolithe d’Afrique et le troisième plus grand au monde, après Uluru et le mont Augustus situés en Australie. 1er bivouac dans une tente berbère.

Après le petit-déjeuner, nous partirons pour une randonnée d’environ 5km pour atteindre le monolithe d’Aïsha. Du masque réalisé par l’artiste italien, au visage de femme caché à l’intérieur d’un rocher, de nombreuses sculptures originales vous attendent au pied de ce géant du désert.

Plein Est, nous roulons le long de la voie de chemin de fer. Pique nique le long de la voie ferrée. Avec un peu de chance, nous aurons la possibilité de voir ce monstre d’acier, lent, lourd et long. C’est la fameuse ligne du train du désert. Ce minéralier charrie le fer extrait dans le désert vers le port de Nouadhibou. Après avoir traversé le désert de sel de « Cham Cham« , nous nous rendrons dans la ville de Zouerate. Bivouac aux alentours de la ville.

Nous débuterons la journée par une visite de la ville. temps libre en fin de matinée avant de se retrouver pour le déjeuner. Notre connaissance du terrain et des hommes de la gare de Zouerate devraient vous permettre de pouvoir monter à bord du train pendant 4 heures en direction de Choum (sous réserve). Arrivée prévue à 18h près de Choum. Bivouac.

Route plein Est, nous longeons la falaise principale de l’Adrâr. La sebkha Chemchane forme une vaste dépression que nous appelons le baten (ventre). Ce long couloir nous emmène aux puits de Naïtiri. L’inselberg d’Aderg se dresse au-dessus des dunes de l’erg Maghteir.

L’erg Makhteir fait partie de ces puissants massif de dunes courant de l’ouest algérien, à l’ouest de la Saoura jusqu’aux rivages de l’Atlantique. Naissant sous le nom général d’Erg Chech, il finit sa course dans l’océan sous le nom d’Azefal. Un cap du plateau de l’Adrar se dresse comme une proue de navire, le tarf Tazazmout. Il marque l’entrée du couloir menant à un haut lieu du Sahara mauritanien, El Beyyed. Le couloir d’El Beyyed présente, sur près de 20km en direction d’El Ghallaouiyya, une quantité considérable de matériel lithique. Nuit en bivouac.

 

Nous consacrons notre journée sur la région d’El Beyyed à pied. La région offre quelques-uns des principaux sites à bifaces et galets aménagés de l’ouest saharien. Les multiples sites d’art rupestre représentent ici des échantillons de faune dite « éthiopienne » comme girafes, éléphants, rhinocéros … Cette faune aurait disparue de la zone il y a environ 10 000 à 12 000 ans. El Beyyed se trouve au pied du grand dhar de l’Adrâr et, au nord, se développe un erg immense et puissant : la Maghteïr. Nous débuterons la journée par la visite de l’école du village. A la suite, nous partirons pour une randonnée / ou en voiture en direction d’un site préhistorique découvert par Théodore Monod, poursuivi par les 2 étendues d’eau « Rosalia » et « Maria« . Déjeuner sur le chemin du retour sous une tente berbère. En fin d’après-midi, direction le musée de la préhistoire et visite du village. Partage avec les habitants et les écoliers. Nuit en bivouac – même lieu que la veille.

Par une piste très cassante, nous montons sur le plateau de l’Adrâr oriental. Un crochet à l’ouest permet d’aller admirer un des plus beaux sites de l’Adrâr. Des centaines de bovidés gravé ! Le plateau d’Azilal a été par le passé un grand territoire de chasse à la gazelle. La boutonnière du Taguenze s’ouvre sur le Guelb Er Richat et après avoir traversé ce grand reg rocheux, nous atteignons les premiers bombements des Rîchat.

Nous sortons des différents cercles des Rîchat en direction du sud, d’hassi Thiba et les traces de l’ancien fort portugais d’Aguadir. Les forêts sahariennes sont relativement développées à cet endroit. En plongeons vers les sables, les palmeraies de Meyateg survivent difficilement. Nous atteignons Wadane et la très belle vallée de Tin Labbe.

Le ksar de Wadâne, (Ouadâne) qui a été fondée, dit-on, la même année que Tichîtt (1141), tiendrait son nom du mot arabe signifiant «deux lits de rivières» (wadân). L’ancienne cité est mentionnée par écrit au milieu du XVe siècle dans un rapport de voyage portugais mais il reste difficile de se faire une idée précise de son origine. Wadâne est un centre urbain dense, de type ksourien, autrefois entouré d’une enceinte fortifiée très sûre qui résista à toutes les forces étrangères jusqu’à l’arrivée des Français. Les tribus dominantes sont les Kounta, les Ida ou El Hadj, les Chorfa, les Amgârîj et les Aghzazir. Nuit en auberge à Wadane.

Après le petit-déjeuner, nous visiterons l’ancienne ville de Wadane, classé au patrimoine mondiale de l’Unesco. Ensuite, nous longeons maintenant l’erg Warane qui court sur le plateau de l’Adrâr depuis les confins orientaux. Il marque la frontière difficilement franchissable en voiture de l’immense espace vide, la Majabat Al Koubra.

Nous gagnons le campement semi-nomade d‘El Kheouiya. Etablis sur les rives d’un oued majeur, nos hôtes nous sont familiers depuis des années. Ils se sont installés ici lors des grandes sécheresses. Puis se sont organisés en développant l’élevage de caprins et de camélidés, puis en créant une école en 1994. S’ensuivit la naissance d’une petite palmeraie associée à des jardins en 1999 et maintenant, quelques habitats en dur. Notre équipe entretient des liens étroits avec les différentes familles du campement. Par les sables, plein ouest, nous mettons le cap sur l’ancienne cité caravanière de Chinguetti. Notre équipe de chauffeur nous déposera peu avant la ville avec la pause déjeuner, où une équipe chamelière nous accueillera pour une expédition de 3 jours au travers des dunes de Chinguetti. Nuit en bivouac.

Nous partons pour 2 jours et demi en randonnée chamelière accompagné de nos équipes Maures. Au sud de Chinguetti se développe un massif de dunes très esthétique et puissant, nous l’appelons les Mghalig de l’erg Warane. Durant ces journées d’immersions totales nous découvrions un environnement étonnamment vivant. Le désert n’est pas stérile. Dans notre caravane, quelques chameaux sont équipés de selles maures que nous appelons la rahla, la voyageuse. Vous pouvez à loisir vous initier à la méharée. Deux nuits en bivouac.

L’oued Chinguetti, en aval de la ville, est couvert d’arbres, la vie y est intense. Arrivée en fin de journée. Notre équipe de chauffeur nous récupèrera au sud de la ville pour nous emmener au sommet de la plus haute dune de la ville afin d’admirer le coucher de soleil accompagné d’un thé Mauritanien. Nuit en auberge dans le ville de Chinguetti.

Chinguetti fut le centre commercial le plus actif et la ville la plus importante du Sahara occidental. Elle fut considérée par les Mauritaniens comme la septième ville sainte de l’Islam avec ses 11 mosquées, ses 100 puits et son cercle de savants. En 1675, un massacre perpétré par une partie des Ida-ou-Ali entraîna l’éclatement du groupe dont les survivants fondèrent un autre ksar dans le Tagant, Tidjikja. Il ne reste aujourd’hui qu’une seule mosquée et le souvenir des périodes prospères… Les principales tribus qui composent sa population sont les Ida-ou-Ali, les Laghlal et les Oulad Gheilan. Avec leurs ruelles étroites et tortueuses, leurs nombreuses impasses, leurs maisons basses et sombres à base de matériaux locaux, leurs quasi-absence de places et d’espaces communautaires, Chinguetti et Wadâne ont une structure de vieux ksour densément blottis autour de leurs mosquées. Visite de la seul et unique bibliothèque de la ville avec présentation de ces nombreux ouvrages archivés. Après-midi libre. Dîner et nuit dans le même auberge que la veille.

Après le petit-déjeuner, direction la ville d’Atar par le biais de la Passe Nouatil. Arrivée en à Atar prévue en milieu de matinée. Un temps libre dans le marché de la ville vous sera proposé. Déjeuner chez l’habitant. Après la pause repas, direction l’oasis de Tergit. L’oasis représente un cadre naturel splendide de minuscule palmeraie coincée entre deux formidables falaises. La somptuosité du paysage s’accentue avec les stalactites et les sources d’eau. Ici, la fraîcheur reste impressionnante. Si vous venez de parcourir cet immense espace de sable, vous n’hésiterez pas à remercier Dame nature d’avoir façonné cet endroit dans un cadre aussi austère. Nuit en bivouac les hauteur de l’oasis.

Dans la matinée nous partirons vers la région Adrar. Déjeuner près des dunes de sable sans fin d’Azoueiga où nous y installerons notre campement pour la soirée. Vous aurez la possibilité de monter au sommet, à pied, de la dune la plus haute de la Mauritanie.

Nous longeons la base de l’erg Amatlich pour nous enfoncer dans le plateau de l’Adrâr. Une piste nous permet d’accéder sur le rebord d’une falaise qui domine l’oued El Abiod, une grande fracture tectonique aux sables blonds et aux multiples palmeraies. Par la superbe passe de Tifoujar nous atteignons le fond de la vallée. Le paysage est grandiose et le passage en voiture est spectaculaire. Nous mettons le cap sur la guelta de Toungad où il n’est pas rare de rencontrer quelques oiseaux migrateurs (cigogne blanche, héron cendré, différents rapaces, sahariens ou de passage) attirés par la très belle pièce d’eau. La gorge de Toungad nous emmène à une des plus importantes palmeraies de la région.

Poursuite des traces en direction de Maaden, gros village agricole supportant les projets de Mr Pierre Rabhi. La piste enjambe une crête noire délimitant la bordure ouest de la faille de l‘oued El Abiod (la Vallée Blanche pour certains). A Maaden, il faut prendre le temps de visiter le village, les jardins et ne pas hésiter à monter sur les akles serrés à l’ouest du village. Un gros bouchon de sable nous attend à la sortie du village. Aklés et barkhanes s’enchevêtrent. En Mauritanie, nous avons beaucoup de mots qui qualifient les dunes, leurs formes et aussi leurs orientations. Nous roulons maintenant en direction de la bordure occidentale du plateau de l’Adrâr. Des palmeraies, des forêts sahariennes avec de magnifiques arbres, de grandes dunes de placages animent le parcours. Partout, des gens, des cultivateurs, des nomades. La gorge d’Hnouk, la mâchoire, est propice à de belles escapades à pied. Vous aurez l’embarras du choix. Nuit en bivouac.

C’est au coeur des gorges d’Hnouk que nous nous réveillerons au petit matin. En fin de matinée cap sur le petit village, à pied, à la sortie de la vallée. Pique en chemin dans le sac à dos. Après la pause déjeuner nous partirons à la rencontre de locaux. Retour en fin de journée au campement. Nuit en bivouac.

La partie occidentale de l’Adrâr Mauritanien offre une très grande diversité de paysages. Le plateau est quadrillé par un dense réseau de failles d’origine tectonique où s’écoulent les oueds. Ici les ergs blonds viennent s’échouer contre les lames redressées de grès noirs. L’érosion a modelé les paysages au fil des millénaires. En fond de vallée, la douceur des palmeraies se singularise des abrupts et austères massifs montagneux. Dans de secrètes entailles sont enchâssées des gueltas aux eaux limpides. Les cultivateurs sédentaires, établis dans les palmeraies, poursuivent leur vie traditionnelle dans ce Sahara qui peut être généreux. Sur les plateaux environnants, les nomades en quête de pâturage pour leurs troupeaux rythment leur temps de longs déplacements saisonniers à la recherche des pluies salvatrices. Leurs tentes blanches ou brunes sont là, à l’abri des regards, dans les mouvements de terrain. Ici en Adrâr, la complémentarité entre ces deux nécessités de vie prend toute sa force. Nous traversons le territoire de la tribu des Oulad Sassi de la confédération des Ideichily. Nuit en bivouac.

Journée dans la région du Tagant, entre Sahara et Sahel. Ksar el Barka (1690), comme Rachid (1723) sont les ksour fondés dans le Tagant par les Kounta en relation avec le Touat (Algérie). Les Kounta forment une tribu qui se dit à la fois d’origine arabe et sanhaja, gardiens de l’orthodoxie islamique et propagateurs de la voie Kadriyya Bekkaiyya. Leurs haratines cultivent les palmeraies tandis qu’eux-mêmes sont d’actifs commerçants caravaniers. Nuit en bivouac.

L’objectif est d’aller aux gueltas de Matmata à pied après un court transfert en voiture. L’observation de crocodiles du Nil est possible. Nous y consacrons du temps car les différents sites sont très intéressants. Nuit en bivouac.

Nous prenons la route qui sort du Tagant en direction du Brakna pour atteindre Aleg à la mi-journée. Après le déjeuner, installation dans une auberge à Aleg, puis temps libre dans la ville pour les derniers souvenir de la Mauritanie. Nuit en bivouac.

Retour vers la capitale Mauritanienne. Arrivée sur une plage au sud de Nouakchott en fin de matinée. L’équipe se chargera d’allée chercher les poissons pêcher le matin même. Au déjeuner poisson grillé, le long de la côte atlantique. Vous profiterez de la plage l’après-midi avant de vous rendre sur la capital dans une auberge. Repas chez l’habitant pour cette dernière soirée mauritanienne.

Retour dans votre aéroport de prédilection. 

points forts

  • Un programme équilibré et d’une grande diversité. A coup sûr le plus complet du marché.
  • Un accompagnateur français AutentikA, assurant convivialité et décontraction, et connaissant la culture mauritanienne.
  • Une équipe mauritanienne : chauffeur, cuisinier, guide, qui seront aux petits soin durant l’intégralité de votre séjour !
  • Pension complète – Excellent rapport qualité/prix.
  • Petit groupe limité à 12 participants.
  • Soyez rassuré, nous avons la climatisation dans nos véhicules !

VOYAGE DE 25 JOURS

Un prix de 2800 € (hors vol) 

Le vol international est à partir de 500€

Lanche mauritanienne, plage de Nouakchott

CONDITIONS

Vous serez accompagnés par un guide local francophone connaissant très bien le pays. Les nuits se feront essentiellement en bivouac avec un confort sommaire, mais toujours dans des lieux d’exceptions ! Nous rappelons, que nos voyages aventures se veulent participatifs et conviviaux ! C’est pourquoi, tout le monde devra « mettre la main à la patte » afin d’installer sa tente, décharger les bagages, et de faciliter la vie sur le campement !

Les repas vous seront préparés par un cuisinier accompagnateur pendant toute la durée du circuit, hormis dans les villes et les nuits en auberges. La nourriture sera donc locale mais simple, à base de produits secs, conserves et produits frais selon les ravitaillements.

Les transports s’effectueront en 4×4 avec chauffeur, avec seulement 3 participants par véhicules. Certains trajets seront fastidieux étant donné les distances et le mauvais état des pistes dans certaines régions. Il faudra donc se montrer patient et ne pas oublier que la voiture reste le seul moyen de transport permettant l’exploration de ces lieux magiques ! N’oubliez pas, en Afrique, les pannes de voiture et les crevaisons font partie intégrante d’un circuit aventure de ce type ! Nous effectuerons de nombreux arrêts photos afin de se dégourdir les jambes et alléger les temps de trajets.

Enfin, nous vous rappelons qu’il est nécessaire d’être en bonne condition physique pour effectuer ce voyage, notamment lors des 3 jours de randonnées (12 km par jour). Et ne pas avoir d’attentes trop hautes en termes de confort et de niveau sanitaire !

GALERIE

TARIF

Le prix comprend

Le prix ne comprend pas

Groupe de 5 à 12 participants maximum

Prestation tout compris : 2800 € hors vol*.

*Vol à partir de 400 €

Fermer le menu